Acceuil / Actualités / L’étude socio-anthropologique « Voix Multiples des Jeunes »

L’étude socio-anthropologique « Voix Multiples des Jeunes »

Hits: 39

La problématique de la jeunesse est aujourd’hui au centre de tous les débats. Cette catégorie « la jeunesse » reste dans la réflexion sociale, un vecteur de changements, de mutations et de révolutions. La définition de la jeunesse en tant que catégorie socialement construite évolue en fonction du contexte multidimensionnel (géographique, social, économique, culturel, psychologique, politique, religieux,…) dans lequel elle s’inscrit.

L’anthropologie en tant que science qui étudie l’Homme dans sa dimension globale, nous permet par son caractère interdisciplinaire et par ses méthodes qualitatives d’approcher empiriquement les groupes et les phénomènes sociaux qui en découlent. C’est la raison pour laquelle, l’Association Santé Sidi El Houari SDH a élaboré une étude socio anthropologique intitulée ” Voix multiples des jeunes. Passions brimées. Perception, connaissance et attentes des jeunes de 16 à 32 ans.” pilotée par l’enseignant chercheur Mohamed Mebtoul et réalisée dans le cadre du projet « Niya, pour une culture de la paix » porté en partenariat par l’Association et les Centres d’Animation de Bordeaux avec le soutien du Programme Joussour dans le cadre du Fonds d’Appui Aux Projets.

L’étude vise à mieux connaitre les jeunes bénéficiaires des activités du projet, pour comprendre d’où nous partons, avec qui, qui sont les jeunes d’aujourd’hui et leurs regards sur le présent et l’avenir.  

On retrouve dans cette étude des récits touchants de jeunes interviewés, qui nous plongent dans des réalités parfois insoupçonnées, ces jeunes ont réussi le pari de reproduire avec beaucoup de précision leurs mots pour parler d’eux et de la société algérienne. « Ecoutez-nous », dira un jeune désabusé, reconnaissant que c’est la première fois qu’il est sollicité avec respect pour évoquer sa vie sociale ».

Paix et Niya, pour ces jeunes, leurs semblent être des notions perverties dans la société algérienne dominée par le stress, le désarroi, la défiance sociale et la ruse. Comment être en paix avec soi-même, dit un jeune, quand « j’ai peur de mon ombre ». Que signifie la paix sans quiétude quand on observe, dira un autre, « les gens se barricader  chez eux par peur, insécurité et défiance » .

Ce travail de synthèse des entretiens à une valeur pédagogique et scientifique, il constitue un support pour engager un débat avec les jeunes et susciter la réflexion.

Ce document mérite d’être partagé avec le grand public de manière à susciter le débat pour faire entendre les voix multiples de ces jeunes qui aspirent au changement car comme l’a si bien dit le Président de l’Association SDH « la jeunesse, c’est la solution ».

A propos admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *