Actualités

WAFA adopte la méthode TOMATIS pour développer les capacités des enfants autistes

L’association WAFA des parents d’enfants en difficultés mentales informe les parents qu’elle est certifiée PRATICIEN TOMATIS par le Groupe TOMATIS DEVELOPPEMENT S.A Luxembourg.

La Méthode Tomatis a été testée rigoureusement et se révèle très efficace dans le traitement des difficultés scolaires et des problèmes du comportement. Passant en revue les études effectuées au Canada, Stutt concluait que la Méthode Tomatis avait des effets beaucoup plus importants que ceux qu’on pouvait attendre des seuls efforts de l’éducation spécialisée. Les bienfaits cités par Stutt concernent une augmentation significative du quotient intellectuel, de la lecture, des processus de perception, des compétences académiques, de l’adaptation sociale, de la communication et de la capacité à exprimer verbalement ses pensées et ses sentiments .

En 1999, le psychologue canadien Tim Gilmore a publié dans le Journal of Listening les résultats d’une méta-analyse qui confirme les conclusions de Stutt.

Le Centre de l’Écoute de Toronto au Canada a étudié les résultats obtenus sur un groupe de plus de 400 enfants et adolescents. Tous avaient une histoire bien documentée de difficultés scolaires et le résultat de leurs tests psycho-éducatifs étaient inférieurs à leurs possibilités. Le résultat du traitement était évalué par les parents sur une échelle de 1 à 5. 95% des parents répondirent que le programme Tomatis avait aidé leurs enfants. Ils constatèrent des améliorations dans les domaines suivants : 
Communication 
Niveau de frustration.
Compréhension en lecture.
Qualité de la parole.
Mémoire.
Orthographe.
Maturité.

Lors d’une visite de contrôle, six mois après la fin du programme, 83% des enfants avaient maintenu leurs progrès ou continué de progresser.
La Méthode Tomatis a été utilisée pendant plusieurs années dans quelques écoles françaises grâce à des fonds fournis par le Ministère de l’Éducation. Les enfants participant à ce programme étaient sélectionnés en fonction de la gravité de leurs difficultés scolaires. Bien qu’une école ne soit pas le cadre idéal pour conduire un programme Tomatis, les résultats étaient suffisamment satisfaisants pour que le programme soit reconduit plusieurs années de suite, à la demande des parents et des enseignants.

En 1983, De Bruto conduisit une étude minutieusement contrôlée afin d’examiner l’efficacité de la Méthode Tomatis pour traiter les retardés mentaux profonds. Trente pensionnaires du Witrand Care and Rehabilitation Center (Afrique du Sud), âgés de 4 à 14 ans, déjà diagnostiqués comme retardés mentaux profonds, mais qui pouvaient marcher et s’asseoir, furent divisés en trois groupes (A, B, C) qui reçurent respectivement les interventions suivantes :

Groupe A : Programme Tomatis de stimulation auditive et stimulation sensori-motrice.

Groupe B : Stimulation musicale sans l’effet Tomatis et stimulation sensori-motrice.

Groupe C : Pas de traitement.

Les résultats des deux groupes expérimentaux (A et B) montrèrent une augmentation de l’âge mental, mais l’augmentation dans le groupe ayant reçu la Méthode Tomatis (groupe A) était, de manière significative, plus élevée que dans le groupe B. Aucun changement ne fut observé pour le groupe C.

Le Docteur Joan Neysmith-Roy, du département de psychologie de l’université de Regina, a mené une étude rigoureuse portant sur six garçons sévèrement autistes. Cette étude confirme les résultats cliniques obtenus avec les enfants autistes qui ont suivi la Méthode Tomatis. « Trois (50%) des garçons montrèrent des changements positifs du comportement. Un des garçons n’était plus considéré comme autiste ; deux autres n’avaient plus que des symptômes mineurs d’autisme et les trois derniers restèrent dans la catégorie d’enfants sévèrement autistes. Les changements qui se produisirent dans les domaines préverbaux chez cinq des six garçons furent particulièrement importants. Ces domaines comprennent l’adaptation au changement, l’écoute, la communication non verbale, les réponses émotionnelles et le niveau d’activité. L’auteur de cette étude suggère que la Méthode Tomatis pourrait être utile pour rendre les comportements préverbaux plus faciles à gérer. Elle pourrait donc aider l’enfant à acquérir les aptitudes de base nécessaires au développement du langage et de l’apprentissage. » Le Docteur Joan Neysmith-Roy est aussi l’auteur d’une thèse de doctorat sur l’effet de la Méthode Tomatis sur des garçons dyslexiques.

D’autres études faites sur le bégaiement, la latéralité, l’anxiété et la dépression montrent l’effet positif de la Méthode Tomatis.

Contact association WAFA

Nom du contact : Badia BOUFAMA

Adresse : BP 50 bis Cité DAKSI Abdeslam. 25000 CONSTANTINE

Tél. : +213 (0) 662 316 869 / +213 (0) 793 316 050

E-mail : autisme103@hotmail.com

Portfolio