Lu dans la presse

SOS Bab El Oued, la voix d’une jeunesse

Le quotidien El Watan, revient sur les activités de l’association qui commémore le 10ème anniversaire des inondations de 2001.

Bab El Oued ne serait pas Bab El Oued sans l’association SOS Bab El Oued, qui existe depuis 1997.

Elle a pour but de canaliser l’énergie des jeunes en les aidant à s’exprimer à travers la culture, et ce, sans violence. Avec les intempéries du 10 novembre 2001, SOS Bab El Oued a effectué un travail de sensibilisation au sein de la population pour l’aide aux victimes et aux sinistrés. Aujourd’hui, Djamila Meghnine, vice-présidente de l’association, le reconnaît : « Nous avions, à l’époque, demandé à tout le monde de s’adresser au premier responsable, à savoir le président de l’APC. Une commémoration s’est faite quarante jours après le drame par le dépôt d’une gerbe de fleurs.

C’est vrai que nous n’avions rien fait par la suite, nous avions préféré attendre le dixième anniversaire dans un but précis : transmettre un message aux jeunes, pour qu’ils n’oublient pas. » Là aussi, l’association œuvre pour un devoir de mémoire, pour éviter que ce jour fatidique ne sorte complètement de la mémoire collective. Au siège de l’association, une liste complète des victimes et disparus est disponible. Sa longueur est saisissante. Mais, comme le dit Nacer Meghnine, président de l’association, « il est important pour Bab El Oued que tous ces noms fassent partie de notre vision, que cette liste nous aide à réfléchir sur ce qui aurait pu être évité. » SOS Bab El Oued, c’est une association qui aide certains jeunes à se faire connaître.

Ainsi cette équipe est actuellement dans le quartier en plein tournage d’un film intitulé Bab El Oued, ça déborde et dont la sortie est programmée précisément pour le 12 novembre prochain. Le réalisateur, Youcef Benallegue, avec une formation dans l’audiovisuel et en tant que technicien, a une certaine expérience malgré sa jeunesse, puisqu’il a déjà participé à quelques productions et surtout, a déjà réalisé son premier court-métrage, N’oRmâL, dont le succès a été retentissant le jour de sa projection pour le ciné-club de l’association. Il a déjà d’autres projets en tête, des courts-métrages et rêve même d’un long métrage. Son équipe technique est très jeune également. Sabrina Beladjal, qui s’occupe du script est également assistante réalisatrice. Bilel Boudjellouli dit « Billy », est au script et percheman, un poste occupé à la base par Nassim Hamadache.

Adlane Ameur, en formation, a été assistant pendant tout le tournage. Yasmine Merah, la photographe du groupe, qui enchante l’association de ses clichés, travaille sur l’affiche du film avec Ali Chimouni, qui insiste sur « le devoir de mémoire et sur l’idée de placer une photo d’un lieu précis avant les intempéries, et une autre de ce même lieu actuellement, pour montrer ce qui a été fait, ce qui n’a pas été fait ». Un projet de making-off existe sous forme de diaporama, probablement. Rendez-vous est pris le 12 novembre à 15h, pour la projection du film, une exposition de photographies et un spectacle musical des jeunes au centre culturel Azzedine Medjoubi,.

Noël Boussaha

Vous pouvez, également, accéder à l’article sur le site d’El Watan