Actualités

Interview d’Adel Bourgazene president de l’Assoication Insaf pour la defense des droits de l’enfant

Adel Bourgazene, président de l’Association Insaf pour la défense des droits de l’enfant nous parle de son associations, de ses projets et de son role au sein du comité de pilotage du programme.

Parlez-nous un peu de votre association, de ses objectifs et principaux projets en cours ?

L’Association INSAF pour la défense des droits de l’enfant est une association de wilaya à caractère socio-culturel créée en 2014. Elle travaille essentiellement sur :

  • La promotion des droits de l’enfant dans la société ;
  • L’apprentissage de l’esprit de la citoyenneté aux enfants ;
  • La lutte contre les différentes formes de violence à l’égard des enfants ;
  • L’aide aux enfants en situation de difficulté et ceux en danger moral ;
  • Le renforcement des capacités de jeunes et la participation à leur insertion dans la société.

Actuellement, l’association travaille sur le projet intitulé “ L’élève, futur citoyen”. Ce projet de 12 mois, réalisé sur 04 écoles, vise la promotion de la citoyenneté au niveau des écoles. 16 jeunes animateurs seront formés et 600 enfants vont bénéficier de ce projet.

Ce projet est financé par l’ambassade de France et initié en partenariat avec l’association El Ghaith de Bordj Bou Arreridj

• Vous avez organisé une formation sur les outils de communication le 06 et 07 Janvier passé, en partenariat avec l’Etoile culturel d’Akbou, pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Nous sommes partenaire de l’association l’Etoile culturelle d’Akbou dans la mise en oeuvre du projet « pépinière de jeune 2 ». Ce projet qui regroupe plusieurs associations (membres et non membres du programme Joussour) de différentes wilayas.

Pour ce qui est de la formation organisée à SETIF les 06 et 07 janvier 2017 au niveau de l’ODEJ de SETIF, elle avait pour thème les joutes verbales et avait pour objectif de doter les jeunes membres des CCJ (Conseils Communaux de jeunes) des techniques de débat ; nous les avons également initié à la gestion positive des conflits.

25 jeunes représentants des différents CCJ ont bénéficié de cette formation.

 • Vous êtes inscrit dans une dynamique active de collaboration avec les autres associations membres et non membre du programme, qu’est-ce que cela a apporté à votre association ?

On peut dire que le PCPA a marqué beaucoup d’associations, la preuve est que les membres travaillent ensemble dans d’autres dynamiques autres que le PCPA. Nous pouvons donc parler d’un “esprit PCPA” qui s’est installé au niveau des membres et même des non-membres.

Pour notre association, le programme est d’un grand appui qui nous a permis de mettre en place des projets de grande ampleur que nous n’aurions jamais pu exécuter seul.

Autre avantage ; c’est de profiter de l’expertise qui existe au niveau de certaines associations. A titre d’exemple nous avons fait appel dernièrement à l’association Graine de paix d’Oran pour former 16 animateurs sur la gestion positive des conflits et la médiation.

 • Vous êtes vous-même membre élue du comité de pilotage depuis Mai 2016, qu’est-ce que ça vous apporte ?

J’ai été élu en mai dernier comme membre du comité de pilotage, ma présence au sein de cet organe de décision est très enrichissante pour moi sur le plan personnel (nouvelles connaissances, découverte de nouvelles méthodes de gouvernance…).

Pour ce qui est de mon association, je tiens à préciser que je représente tous les membres du programme et j’essaye donc au maximum d’être à l’écoute de ces derniers et de transmettre leurs doléances à chaque réunion du comité de pilotage.

Portfolio